Référendum NDDL

Publié le 24 avril 2016 | par Quelles-Dates

0

Référendum aéroport Notre-Dame-des-Landes : le 26 juin !

Date du référendum pour l’aéroport de NDDL : le 26 juin 2016 !

[MAJ du 24/04] : Le décret fixant les conditions de tenue du référendum sur le projet de transfert de l’aéroport de Nantes sur la commune de Notre-Dame-des-Landes a été publié au Journal officiel du dimanche 24 avril. source : Lemonde.

Concernant le projet de construction de l’aéroport de Notre Dame des Landes, le choix a été fait devant le blocage de la situation entre les partisans du projet et les détracteurs de poser la question à la population locale lors d’un référendum. C’est le président François Hollande qui l’a annoncé en personne lors d’une interview télévisée le 11 février. Ce mardi 5 avril, Ségolène Royal vient d’annoncer que le référendum aura lieu le dimanche 26 juin.

Qui sera consulté pour le référendum ?

Seuls les habitants de la Loire Atlantique (44) inscrits sur les listes électorales à la date du 29 février pourront voter. Pourquoi restreindre le vote à ce département ? C’est en fait un choix du gouvernement l’a annoncé Manuel Valls, car il correspond au territoire de l’enquête publique menée en 2006. C’est aussi le département le plus directement impacté par ce projet, notamment en ce qui concerne les impacts écologiques et les nuisances sonores.

Quelle est la question qui sera posée pour le référendum NDDL ?

 Voici la question qui sera posée lors de la consultation locale : « Êtes-vous favorable au projet de transfert de l’aéroport de Nantes Atlantique sur la commune de Notre-Dame-des-Landes ?».

Quel sera l’impact du résultat du référendum sur la suite du projet ?

Selon le gouvernement, en fonction de la réponse, la décision s’imposera à tous : si le OUI l’emporte, il n’y aura plus aucun obstacle au début des travaux de l’aéroport. A l’inverse, si le NON l’emporte, l’État prendra acte et mettra un terme à ce projet concédé à la société Vinci.

Étant donné le caractère “brulant” du projet, une partie des élus redoutent qu’une certaine minorité veuille tout simplement empêcher cette consultation par référendum. Que se passerai-il dans ce cas là ? ET bien selon une interview de Manuel Valls réalisée par le quotidien Ouest France, “si on empêche la consultation, il n’y aura pas d’alternative, et les travaux démarreront de toute façon à l’automne.”

Ajouter un commentaire

commentaires



Les commentaires sont fermés.

Haut de page ↑